L’histoire continue de l’Atelier de Charenton

Il y avait ceux qui doutaient de mon projet d’atelier, affirmant qu’il était impossible à réaliser. Le conseiller de l’administration n’a pas cessé de me répéter que les chiffres étaient « bien trop petits ». Pourtant, j’ai décidé de suivre ma conviction intérieure : mieux vaut essayer et faire une erreur, que de regretter de ne pas avoir tenté.

Tout a débuté un dimanche soir. Le local du 33 rue Gabrielle s’est affiché sur mon écran d’ordinateur : « Se loger : agence loue bureau 30 mètres carrés – Charenton-le-Pont ». Étant nouvelle dans le Val-de-Marne, je n’avais jamais exploré Charenton auparavant. La proximité avec mon domicile m’a semblé idéale pour concilier vie professionnelle et familiale. Je me suis rendue seule à la visite du 33 rue Gabrielle. Une bonne intuition… Cette rue, pour moi, était la plus belle de Charenton. Dès ce premier rendez-vous, j’ai eu un véritable coup de cœur.

 


J’imaginais tout le monde peindre sur les murs.

A la recherche du lieu parfait : l’émergence de l’Atelier de Charenton

Quand j’ai vu la grande vitrine de la boutique à Charenton, j’ai su que c’était l’endroit parfait. La boutique m’a charmée avec son rideau de fer à l’ancienne et son entrée ornée de boiseries.

J’étais conquise en découvrant la pièce principale, spacieuse et lumineuse, avec son plafond majestueux culminant à 3,80 mètres de hauteur. C’était l’atelier parfait, un espace où la liberté artistique pouvait s’épanouir pleinement.

Je me laissais emporter par la beauté des lieux, oubliant les défis à venir et je signais le bail avec enthousiasme. De retour chez moi, je cherchai un nom pour cet espace qui serait le théâtre de tant de créations. Sur des petits papiers accrochés au mur, je notais des idées : Peinture pour tous, Peinture de soi, Le petit atelier d’art…

Après réflexion, le nom évident s’est imposé : L’Atelier de Charenton. Simple et évocateur. C’était le mien, et c’était ce qui importait le plus pour moi.

Fonder l’Atelier de Charenton : une aventure associative

En 2007, j’ai lancé l’Atelier de Charenton en association, séduite par les perspectives qu’offrait le tissu associatif de Charenton-le-Pont. Dès la rentrée de septembre, nous avons ouvert nos portes. Dans l’urgence, nous avons utilisé les statuts d’une personne ayant déjà un atelier en place (ce que je déconseille aujourd’hui). Depuis, avec le bureau de l’association, nous les avons adaptés pour mieux correspondre à nos activités et à notre objectif : offrir aux enfants et aux adultes une expérience éducative et artistique, les aidant à exprimer leur créativité dans notre atelier de peinture à Charenton, en suivant la méthode du Geste de peindre.

Le 33 rue Gabrielle est devenu le théâtre de mes rêves.

Création de l’atelier : un risque devenu réalité

;J’ai pris une décision audacieuse : investir mes économies, accumulées après des années de travail en tant que directrice de casting, dans la concrétisation d’un projet qui me tenait à cœur : la création d’un atelier. Cette somme, oubliée par l’administration, aurait pu me permettre d’acheter une voiture, selon ma conseillère de l’ANPE spectacles. Mais j’avais une vision bien différente en tête et je lui ai annoncé mon intention de créer un espace artistique. Son sourire en disait long sur son étonnement.

Le 33 rue Gabrielle est devenu le théâtre de mes rêves, mais les travaux se sont révélés bien plus importants que prévu. Mon objectif était de créer une ambiance chaleureuse et naturelle, donc j’ai recouvert tous les murs de papier kraft. Pour une novice en bricolage comme moi, ce fut un véritable défi.

Pour délimiter l’espace, nous avons mis en place un système de parois battantes en bois. De l’extérieur, les passants peuvent deviner l’existence d’un lieu animé, sans pouvoir le voir. À l’intérieur, trône une longue table-palette en bois, prête à accueillir les artistes en herbe avec ses petits pots de peinture et ses pinceaux.

Jeanne, une amie et complice de travail, avait son propre atelier de peinture libre rue du Bac, dans le 7e arrondissement de Paris. Avant de partir à l’étranger, elle m’a fait don de sa table palette, que j’ai personnalisée. Jeanne a également peint la flamboyante enseigne de l’atelier, dans des tons rouge, jaune et rose. Cette enseigne est devenue notre marque, notre identité, et elle incarne parfaitement l’esprit de créativité qui règne à l’Atelier de Charenton. 


Quand je rendais les dessins, les parents comprenaient et étaient ouverts à l’échange.

Construire l’Atelier de Charenton : une entreprise empreinte de sens 

Sans le savoir, j’ai mis en pratique une idée de dirigeant : « L’essentiel est de proposer des activités intéressantes dans la société ». Je choisis, je cherche, je formule, j’écris. Mes mots ont donné un sens à ce projet.

Le site Internet de L’Atelier de Charenton, aux tons pastel attrayants, a été lancé et attire de nombreux visiteurs. Mes flyers circulent entre les mains des parents, et mes journées portes ouvertes rencontrent un franc succès.

Je soulignais l’importance de créer un environnement dépourvu de compétition et de jugement. J’expliquais aux parents que les œuvres de leurs enfants étaient précieuses comme témoignage de leur évolution artistique. Quand je rendais les dessins, les parents comprenaient et n’étaient pas critiques.

Pour consolider le projet, je travaillais parfois jusqu’à quinze heures par jour, même le week-end. J’ai sollicité des personnalités pour parrainer l’Atelier de Charenton : Isabelle Filliozat et Carl Honoré ont été parmi les premiers à accepter !

En 2007, Facebook est arrivé sur la scène. Mon frère, expert en communication, m’a recommandé d’explorer cette plateforme. En même temps, je voulais développer un nouveau site web. Au cours de mes recherches en ligne, j’ai rencontré Tanguy, un webmaster talentueux, qui m’a encouragé à créer un slogan pour L’Atelier de Charenton : « École nouvelle de peinture ».

Léonie inaugure l’atelier avec ses premiers coups de pinceau.

Début prometteur : l’Atelier de Charenton trace sa voie

Je me souviens avec clarté de cette journée : le samedi 7 septembre 2007. Les parents étaient présents pour accompagner leurs enfants lors de la première séance de peinture. Quelle serait notre expérience ?
Ma fille Nina, âgée de neuf ans à l’époque, était à mes côtés. Elle voulait participer à cet atelier, car c’est avec elle et son frère Roman, alors tout jeunes, que j’ai découvert le monde des ateliers de peinture.
L’Atelier de Charenton a commencé sur de bonnes bases ! Il a ouvert une voie discrète, comme le résume Nina : « On peint ce que l’on veut, mais pas n’importe comment. » À cette époque, les nouvelles pédagogies comme Montessori étaient à peine émergentes et je voyais déjà un lien avec l’Atelier de Charenton.

Visite artistique en famille à l’Atelier de Charenton

L’Atelier de Charenton : expansion et influence

Aujourd’hui, nos cours sont complets, avec parfois jusqu’à quatre enfants par famille, signe de l’engouement qu’ils suscitent. Nous avons également instauré des stages de vacances, une option particulièrement prisée par des participants. De plus, nous avons développé des formations pour les adultes, désireux de s’engager dans une démarche similaire à la nôtre.

L’Atelier de Charenton continue de s’étendre au fil du temps, laissant son empreinte dans d’autres contextes. En partenariat avec la directrice de l’École Montessori internationale de Nogent-sur-Marne, nous avons créé un atelier de peinture suivant le modèle de celui de Charenton. Ainsi, sa philosophie, ses couleurs, son image et son style inspirent désormais d’autres projets, portés à la fois par ceux que j’ai formés à ma méthode et par d’autres qui s’en inspirent. 

DSC00954-(1)

L’Atelier de Charenton avance avec détermination.

Vers de nouveaux horizons : l’Atelier de Charenton

L’Atelier de Charenton poursuit son chemin sans le soutien de subventions, s’appuyant plutôt sur son réseau et le partage.
Pour les années à venir, de nouvelles ambitions fleurissent : ouvrir nos portes à d’autres approches pédagogiques centrées sur la bienveillance, permettre aux parents de partager des moments artistiques avec leurs enfants, accueillir également les personnes âgées, fournir du matériel de peinture de qualité, nouer des partenariats avec des institutions, participer activement à des événements artistiques et organiser des expositions. Les possibilités sont infinies et nous inspirent à innover continuellement.

Les dates clés de l’Atelier de Charenton

 

2007 : ouverture de l’Atelier de Charenton avec seulement 7 inscrits en septembre, mais 32 en juin. Début de l’aventure sur Facebook L’Atelier de Charenton, avec la création de la page officielle de l’Atelier.
2008 : L’Atelier de Charenton commence à faire parler de lui dans la presse avec des parutions dans des magazines tels que Grandir autrement, Milk, Pratique des arts, Parole de mamans… Lancement du blog Atelier de Charenton, avec des articles populaires comme « Le test du bonhomme » et « Pourquoi faire des remarques à l’enfant qui dessine ? »
2009 :  la personnalité Isabellle Filliozat devient la première marraine de l’Atelier de Charenton. Enregistrement de la marque L’Atelier de Charenton à l’Inpi.
2010 : création du premier atelier de peinture hors les murs au salon Playtime.
2011 : l’équipe de l’atelier s’élargit avec l’arrivée de Béatrice, intervenante en poterie.
2012 : collecte de fonds pour l’Etoile de Martin. Partenariat créatif avec the Fabulous Garland. Réalisation d’une fresque de 3m de haut et 1m de large dans la vitrine de l’Atelier.
2013 : célébration des 5 ans de l’Atelier avec une exposition artistique à Charenton. Premier article dans le journal Le Parisien. Nouvelle orientation pédagogique : les tableaux sont rendus en fin d’année.
2016 : la vidéo « A la découverte de l’atelier de Charenton » dépasse les 10 000 vues en ligne. Introduction de la méthode Le Geste de peindre dans l’objet de notre association. Affiliation à la Ligue de l’enseignement. Réplication du modèle de l’Atelier de Charenton à l’Ecole Montessori.

2017 : l’Atelier célèbre ses 10 ans avec un article dans Le Parisien… Augmentation du nombre d’élèves avec 70 inscrits à l’année et plus de 100 stagiaires de vacances. Organisation d’une fête anniversaire et ateliers créatifs au profit de l’association Sparadrap.
Cet article, paru en 2017 à l’occasion de notre dixième anniversaire, dépeint le parcours de l’Atelier de Charenton au fil des années.

 

Depuis 2017 : notre périple créatif se poursuit à l’Atelier de Charenton

Depuis nos modestes débuts, notre aventure créative n’a cessé de s’épanouir. En 2018, un moment marquant a été la publication du livre sur la méthode de l’Atelier de Charenton, intitulé Le Geste de peindre, aux Éditions l’Harmattan.

Malgré les défis posés par la pandémie de Covid-19, nous avons brillamment surmonté les obstacles. Tous nos adhérents fidèles sont revenus à l’atelier et de nouveaux visages se sont joints à nous, enrichissant ainsi notre communauté artistique.

Pendant le confinement, nous avons innové en organisant un événement créatif à distance : Crée ta Mini-Expo. Ce projet a rencontré un succès retentissant, renforçant notre conviction en la puissance de l’expression artistique, même en période difficile.

Entre les périodes de confinement, nous avons continué à soutenir les communautés du Val-de-Marne en intervenant dans des centres sociaux et en organisant des ateliers de modelage pour les familles courageuses qui osaient sortir à Charenton.

En 2024, nous avons été enchantés de voir de jeunes adultes s’inscrire volontairement à nos cours, se remémorant avec nostalgie leurs débuts dans l’art lorsqu’ils étaient enfants. Pour répondre à leur passion grandissante, nous avons lancé une chaîne YouTube de l’Atelier de Charenton, regorgeant de vidéos professionnelles et attrayantes, offrant ainsi une nouvelle plateforme pour partager notre amour de l’art avec le monde entier.

En 2023, une équipe de tournage coréenne a réalisé un reportage à l’Atelier de Charenton. En 2024, plusieurs étudiants d’écoles de journalisme se préparent à travailler sur des projets de films et de reportages sur l’atelier de Charenton, notamment le dernier en date provenant de l’Université Paris 8.

Et maintenant, alors que nous nous apprêtons à célébrer notre vingtième anniversaire, nous contemplons avec émotion le chemin parcouru et les merveilleuses réalisations qui nous attendent encore. L’aventure de l’Atelier de Charenton continue, et nous sommes impatients de partager chaque instant avec vous.