On m’avait dit que ce genre d’événement n’intérésserait qu’une dizaine de personnes et nous étions plus de cinquante à la dédicace de mon livre Le geste de peindre, le 9 février, à la librairie L’Harmattan (Paris). Des enseignants, des parents, mes élèves, mes amis et d’autres de différents horizons, sont venus à la présentation « Méthode, secrets et coulisses du Geste de peindre », avec la participation de Patricia Peterson Fontenay, fondatrice de l’Ecole Montessori. 

J’ai raconté…

Le geste de peindre a été écrit, en quelque sorte, sur commande. Ceux qui suivent mes posts sur les réseaux sociaux m’ont demandé :  « Quelle est votre méthode pour que vos élèves peignent de si beaux tableaux, sans modèle sous les yeux » ?

Avant d’être édité, mon manuscrit fut refusé par un éditeur connu, qui m’avait écrit : « il est intéressant, mais c’est une niche ». Finalement, la maison d’édition l’Harmattan pariera sur mon ouvrage, me laissant totale liberté d’expression.

J’ai mis trois ans à écrire Le geste de peindre – Comment développer la créativité sans thème et modèle – Méthode de l’Atelier de Charenton. J’avais trouvé ma technique : après chaque atelier, une fois seule, j’enregistrais les points de ma méthode, puis je retranscrivais sur mon ordinateur ou je récoltais mes notes et réflexions sur des centaines de post-it.

L’intervention attendue

Patricia Peterson Fontenay, que j’ai été très heureuse d’avoir à mes côtés, a fait un discours très remarqué.

Patricia Peterson Fontenay, directrice de l’Ecole Montessori de Nogent sur Marne.

Pour illustrer la présentation, nous avions apporté un cadre avec les traces de peinture d’un atelier.

Patricia a expliqué les liens entre Montessori et Geste de peindre : bienveillance de l’éducateur.trice, autonomie dans le cadre, rôle de la main dans les apprentissages de l’enfant.
Comme Patricia a expérimenté le Geste de peindre pendant une formation à l’Ecole Montessori, elle l’a comparé à une séance de yoga:-)

Secrets d’histoire et de fabrication

  • L’histoire de ce petit garçon, que j’ai recherché pendant 48 heures, jour et nuit, parce que je voulais absolument que sa photo figure dans le livre. Grâce à une annonce sur le page Facebook de l’Atelier de Charenton, sa maman s’est manifestée : « C’est mon mien ». Raphaël est en page 55.

La couverture du livre : orange !

  • Le geste de peindre a failli s’appeler : Carnet de bord d’une animatrice, puis La peinture en toute liberté, puis La peinture au service de l’apprentissage.
  • Mon ouvrage était prévu sans photos. Un jour, le réalisateur Gilles Porte, me dit : « Sandrine, tu écris un livre sur la peinture, mets des photos. »
  • La couleur de la couverture, orange clair, n’a pas plu à la première personne qui l’a vue (l’employée d’Office Depot). J’ai hésité avec un vert, puis j’ai choisi un orange, plus chaud, en me disant : « si la couleur me plaît à moi, je saurai porter le livre vers les autres. »

Interactions avec le public 

A chaque minute, dans le fond, je voyais une personne pousser la porte, pour venir écouter…

– Karen : Pouvez-vous proposer le geste de peindre dans des écoles publiques ?
– Maryam : J’ai vu Madeleine, 80 ans et aphasique, peindre chez vous… Extrêmement émouvant. Le Geste de peindre, c’est aussi pour les séniors.
– Lionel : Quand je vous écoute, je pense que le Geste de peindre serait bénéfique pour les enfants porteurs d’un trouble du comportement.
– Laura : Combien de personnes pouvez-vous accueillir dans un groupe ?

La suite du livre…

Depuis janvier, on dit du livre que, « c’est une petite merveille, toute en nuances et en sensibilité, qu’il y a des moments de grâce, qu’il est inspirant… ». Via le réseau professionnel Lindkedin, on me contacte :

  • La manageuse d’une grande entreprise qui souhaite se former au geste de peindre pour exploiter et libérer les compétences de ses équipes.
  • Un animateur pédagogique à l’Université de Paris, qui développe, au sein du département Arts, des ateliers pour donner confiance aux étudiants et développer leur créativité.
  • Une porteuse d’un projet, social, qui envisage le Geste de peindre pour aider les femmes expatriées à s’exprimer.

Avant la fin de la signature, suivie d’un apéritif très convivial, nous avons manqué d’exemplaires ; Aujourd’hui, Le geste de peindre est disponible à :

  • L’Atelier de Charenton, dans toutes les librairies et même à la Fnac.
  • Vous le lisez et donnez votre avis, sur Babelio.com ?
    Avant de partir, activez la vidéo pour voir l’ambiance qu’il y avait.

L'Atelier de Charenton est un atelier d'expression par la peinture situé à Charenton, près de Paris et du Bois de Vincennes : inscrivez-vous à des cours, des stages de peinture et des formations

Adresse

L'Atelier de Charenton. 33, rue Gabrielle. 94 220 Charenton-le-Pont

Contact

Sandrine Sananès. 06 12 61 39 08

Accès facile

Limitrophe de Paris 12ème, 13ème, Maisons-Alfort, Ivry-sur-Seine.
Métro Charenton - Écoles, ligne 8.
Bus 24, 111, 180, 325

Inscription à la newsletter

L'Atelier de Charenton affilié à la Ligue de l'enseignement

Fondé par Sandrine Sananès en 2007, l’Atelier de Charenton est la première école nouvelle de peinture, affilié à la Ligue de l'enseignement.


La liberté des parents, la sécurité des enfants. Plus besoin d'accompagner vos enfants à leurs activités, Kidcab s'en charge !

Suivre l'Atelier sur les réseaux sociaux

Pin It on Pinterest