En cadeau à nos participantes, des mots de Boris Vian.

Des mots de Boris Vian, en cadeau à nos participantes.

A notre réunion Slow Education, à l’Atelier de Charenton, une éducatrice de jeunes enfants a commencé par dire que « des parents pensent que si leurs bambins ne produisent rien, ils ne font rien ».  De là, il a été question d’intimité, d’intériorité, de vivre plutôt que produire, de différence entre jugement et vécu, de sécurité et d’ouverture. Ouverture sur des pratiques ou des outils, comme sur les crèches à Pistoia et les structures sonores des frères Baschet. Merci aux participantes pour ces trésors ! Pour terminer, j’avais préparé des petites feuilles avec ces mots de Boris Vian, dans l’Ecume des Jours :
– J’ai le sentiment que toute ma vie dépend de cet instant précis. Si je rate…
– Moi je pense le contraire. Si on rate ce moment, on essaie celui d’après, et si on échoue on recommence l’instant suivant. On a toute la vie pour réussir.

Pour en savoir plus sur les structures sonores des frères Baschet : http://www.baschet.org et sur les crèches à Pistoia : https://www.cairn.info/revue-spirale-2008-2-page-7.htm

En savoir plus

Pin It on Pinterest