Antoine à l’Atelier de Charenton

« Notre fils est inscrit à l’Atelier de Charenton depuis septembre 2012 (il avait alors 3 ans et demi).

Pourquoi l’Atelier de Charenton ?

Notre propre expérience de la scolarisation nous a semblé peu propice à l’épanouissement personnel, et il nous a fallu, à mon mari comme à moi, faire un gros travail afin de se ré approprier ce que l’école avait lissé et formaté chez nous. Nous souhaitions donner à notre fils la possibilité d’être absolument lui-même pendant quelques heures chaque semaine, de s’exprimer librement et sans la contrainte d’un regard, d’un jugement, d’un objectif à atteindre, afin que, dès son plus jeune âge, il prenne conscience de l’infini de ses possibilités. La peinture est pour nous un prétexte. Ce que nous espérons à travers cette démarche c’est qu’il cultive son jardin à l’abri de toute contrainte, qu’il ait confiance dans ses capacités et que peut être il décline cette expérience dans tous les aspects de sa vie.

Ce qu’on en pense :

D’abord ce qui nous frappe le plus, c’est la confiance et la sérénité avec laquelle notre fils aborde la « feuille blanche » et les outils de dessin ou de peinture que ce soit pour dessiner ou même pour écrire (il est en moyenne section de maternelle).
Au-delà de la joie évidente que cela lui procure (il rentre tous les jours avec des dessins dans les poches et demande constamment à dessiner et à écrire), il y a quelque chose de très naturel et de spontané dans sa démarche.
Ensuite si l’on veut trouver un intérêt « pédagogique » à l’Atelier, clairement notre fils aborde l’écriture avec une grande aisance. Une excellente mémoire visuelle des lettres, un tracé très précis, un capacité à se concentrer longuement malgré son jeune âge.
Nous y voyons là l’effet de son passage à l’Atelier. Enfin et surtout, pour nous parents, c’est son regard qui nous touche. La douceur et le calme de son regard quand il peint.
Notre fils est vif et tonique, toujours en mouvement, mais quand il peint il est dans sa bulle. Et ça peut durer un long moment ! Pour nous c’est extraordinaire de le voir si « contenté », « centré » (je ne sais pas trop comment décrire cela…). »
Muriel Righotier, maman d’Antoine, 5 ans

En savoir plus

Pin It on Pinterest