Shirley Temple avec son professeur de danse

Le Slow Mouvement à l’origine…
En 1986, un journaliste gastronomique italien Carlo Pétrini, lance l’idée de la « slow food, « Il s’agit de réagir à la multiplication des fast food et de la malbouffe pour préférer la qualité et le plaisir de la dégustation, privilégier les productions artisanales et locales.
Ce concept va inspirer « le slow movement ».
S’accorder le droit de choisir son rythme de vie, goûter le présent, se détourner des excès d’une société du « trop » (trop de bien matériels, de sollicitations qui conduisent à la dispersion), pour prendre conscience de nos limites plutôt que de subir le diktat de la vitesse, c’est ce que le slow mouvement propose en l’appliquant à tous les domaines de la vie :
L’art, le management, les voyages… la mode… l’éducation.
À l’école, des pédagogues* contestent l’idée d’un temps scolaire, dédié aux apprentissages qui soit le même pour tous les enfants.
La slow éducation ou éducation lente veut prendre en compte le rythme de l’enfant, ses besoins et accorder un temps propre, à chacun pour les apprentissages.
Le slow parenting c’est l’éducation lente au sein de la famille. Dans ce contexte, « lent » signifie « à la bonne vitesse ».
Les parents se préoccupent de la qualité du temps passé ensemble. Les enfants sont stimulés mais on refuse que leur enfance soit une course à la performance. On les encourage à être curieux du monde qui les entoure, à se faire confiance. Les parents créent les conditions pour que les apprentissages et les expériences amènent les enfants à découvrir véritablement leurs aspirations. L’éducation lente signifie laisser nos enfants devenir ce qu’ils sont au lieu d’en faire ce que nous voudrions qu’ils soient.* Carl Honoré
Parent, pour vous dégager de la tension, de la peur de mal faire ;
Osez être vous mêmes !
Dans l’éducation, comme dans la vie en général, apprenons à être en accord avec ce que nous sommes, plutôt que de vouloir nous conformer à une norme.
Ne cherchons pas la perfection… nous risquons de nous épuiser. Si nous sommes stressés, nos enfants le sont aussi.
Si nous leur imposons trop de contraintes, ils perdront le goût d’explorer par eux- mêmes les domaines, les lieux qui les attirent. L’enfance n’est pas une course *. Nous ne sommes pas des coachs ni des entraîneurs, mais des parents qui prennent le temps de cheminer avec leurs enfants.
Pour eux :
Venez questionner vos attentes, vos exigences.
Lever le voile sur vos déceptions, vos incertitudes.
Partager aussi vos joies, vos satisfactions.
Parler avec d’autres parents de votre expérience de parents.

Pourquoi nos ateliers ?
Etre parent ne s’apprend pas.
Aucun manuel, aucune méthode ne peut donner les clés pour être « le parent parfait ».
On éduque son enfant avec son vécu, ses convictions et face à soi, l’enfant dans sa singularité et avec toute l’originalité d’une personnalité qui se déploie, mais parfois on a besoin des autres pour y voir plus clair. D’autres avec lesquels on a en commun la préoccupation de « vouloir faire au mieux ».
Le groupe Slow Éducation est ce cadre formel qui propose à chacun de venir s’interroger librement et de partager ses questionnements sous le regard bienveillant des participants et des deux animatrices.* Vous pouvez être rassuré, encouragé, inspiré par ce que vous y entendez.
Vous êtes invité à vous faire confiance, à être en accord avec vous-même, authentique dans votre rôle de parent, pour vous sentir soulagé de la tension et de des inquiétudes. Vous pouvez vous autoriser à être des parents inventifs, tout en offrant un cadre cohérent à nos enfants.

Les animatrices

Isabelle Lacheref :
« J’ai fait des études de psychologie clinique et je suis diplômée de l’université Paris 7.
Psychothérapeute, ma pratique se réfère au champ des théories humanistes et plus précisément à l’approche centrée sur la personne (ACP), selon Carl Rogers. L’ACP privilégie la relation et l’écoute active. Au long de mon parcours personnel (je suis mère de trois enfants et aujourd’hui grand-mère) et de mon activité professionnelle j’ai pu mesurer la force de l’écoute et de la vraie présence dans le processus qui mène à la connaissance de soi. J’ai aussi une activité de journaliste spécialisée dans les questions familiales et je collabore à plusieurs magazines et revues dans les rubriques éducation, relations familiales, psychologie.
Je suis auteure de romans en littérature jeunesse. »

Sandrine Sananès :

« J’ai fondé L’Atelier de Charenton en 2007 et j’ai co-créé l’atelier de peinture à l’école Montessori (EMIT). J’anime ces ateliers de peinture libre pour tous et j’organise des formations autour de la conduite d’ateliers. Dans un lieu clair et coloré, à l’abri des regards extérieurs, j’accompagne des enfants, des adultes et des personnes porteuses d’un handicap à peindre et à s’exprimer par elles-mêmes. Ma pratique exclue les valeurs normatives admises dans notre société, telles que la comparaison, le jugement et la performance. Chacun peut alors développer ses capacités, à son rythme. Dans l’idée de rendre ces valeurs accessibles à tous, j’ai déposé la marque « Slow Education »…
« Slow maman » (autant que possible) de Nina 16 ans et Roman 22 ans, je transmets ma vision de l’éducation aux parents de mon atelier qui le souhaitent. Je les incite à respecter l’espace intime de leur enfant et à placer la confiance au plus haut dans leur relation. J’écris des articles pour la revue Non-violence Actualités et sur mon blog.

Ce qui rapproche Isabelle et Sandrine :

Leur valeur commune est l’acceptation de l’autre de manière inconditionnelle. Pour cela, elles se référent à l’approche du psychologue et auteur Carl Rogers*. Leur projet Slow Education se nourrit, notamment, des ouvrages de Carl Honoré*, auteur du best-seller  » Eloge de la lenteur « , journaliste, parrain du mouvement Slow (et de l’atelier de Sandrine, d’ailleurs).
Isabelle et Sandrine aiment écrire, transmettre, libérer, partager leur vision. Elles interviennent à l’Ecole des Parents et des Educateurs à Paris – Isabelle en tant que journaliste et Sandrine présente son travail au Café de l’école des Parents -. Elles se sont rencontrées quand Isabelle écrivait un article sur l’Atelier de Charenton. Il se trouve qu’elles habitent, chacune d’un côté de la Place de la Nation. Pour discuter Slow, elles apprécient de se retrouver autour d’un plat Vegan.

Leurs points communs :
Goûter la douceur de vivre ;
Voir leurs grands enfants décider leur vie ;
Amener des belles idées dans la société ;
Co-créer !

* En savoir plus sur Carl Rogers: https://fr.wikipedia.org/wiki/Carl_Rogers

* En savoir plus sur Carl Honoré: http://www.carlhonore.com/lenteur-mode-demploi

 

En savoir plus

Pin It on Pinterest