Copyright, l'atelier des parents

Copyright, l’atelier des parents

Connaissez-vous l’atelier des parents ? Après l’avoir essayé, des parents de l’Atelier de Charenton m’en ont fait un retour positif : ils ont « progressé dans leurs relations avec leurs enfants, en s’amusant ». L’Atelier des parents a été fondé par le Docteur en médecine, Sophie Benkemoun, qui a introduit en France des techniques de communication bienveillante, venues des Etats-Unis.

Sandrine Sananès et Sophie Benkemoun

Sandrine Sananès et Sophie Benkemoun

J’avais connu le concept de l’atelier des parents par la marraine de L’Atelier de Charenton, la psychologue Isabelle Filliozat et par l’école Montessori de Joinville. D’amies communes en échanges sur les réseaux sociaux, Sophie Benkemoun et moi avons décidé ne nous rencontrer à l’Atelier de Charenton, puis Sophie m’a invitée à rejoindre son groupe de l’atelier des parents sur Facebook et à me présenter auprès des membres :

Je m’appelle Sandrine Sananès. J’ai fondé L’Atelier de Charenton, il y a bientôt dix ans. Depuis, j’accompagne des adultes et des enfants dans une démarche de peinture libre. Peinture libre, signifie, peindre ce que l’on veut, sans s’occuper de l’avis des autres. Pour cela, je ne compare, ni les personnes, ni leurs tableaux. Je crée une ambiance paisible.
Mes groupes sont constitués de neuf personnes d’âges différents et de caractères forcément différents. Je porte à tous et à chacun, une attention particulière ; je suis très proche de leurs besoins créatifs et à la fois, je suis d’une discrétion absolue sur le contenu de leurs peintures et sur leur ressenti.
La joie est la reine des émotions dans l’atelier, mais, chacun la vit à sa manière et je respecte chaque personnalité, de la plus réservée à la plus remuante. Dans toutes les situations, je dois être capable de trouver une solution, ce, dans un temps très court et en utilisant principalement un vocabulaire positif ! Je m’appuie sur la communication non violente (CNV), que j’ai adaptée à ma pratique en atelier.
Un enfant me demande de lui fabriquer un mélange de couleurs alors qu’un autre s’agite car il dit qu’il « ne sait plus quoi faire ». Au même moment, un adulte m’attend pour que j’installe sa feuille de papier au mur, et un tout-petit veut que j’accole plusieurs feuilles pour « peindre un grand tableau ».
Animer une séance de peinture libre, qui dure une heure trente, me demande d’être très centrée sur tout ce qui se passe dans l’atelier et parallèlement de comprendre ce qui se joue avec les comportements des uns et des autres, sans les analyser. Je m’épanouis dans cette activité, si subtile.
Comment mener un groupe dans le respect des individualités, au sein d’un espace de création ?
Plus j’exerce cet art d’accompagner les gens, plus je le maîtrise et plus il coule en moi, comme une danse de la vie. Entre douceur et fermeté, la bienveillance se pose, telle une évidence.
Dans ma façon d’accompagner les personnes, je me réfère notamment au concept d’assertivité, introduit à la première moitié du XXème siècle, par le psychologue new-yorkais Andrew Salter – attitude dans laquelle on est capable de s’affirmer tout en respectant autrui – et à l’approche du psychologue humaniste, Carl Rogers (1902-1987) : « La vie, dans ce qu’elle a de meilleur, est un processus d’écoulement, de changement où rien n’est fixe ».
Toutefois, je ne cherche pas à soigner les gens. Au fond de moi, j’ai la conviction, qu’ils ont en eux, des capacités… Je les aide à les développer pleinement.

En savoir plus

  • Désolé il n'y a pas d'articles sur le même sujet

Pin It on Pinterest